DSC_2068

5 grandes techniques et leur déroulement

Les techniques Laser 

TECHNIQUE N°1 : LE LASER DE SURFACE

Technique : abrasion mécanique de la couche superficielle de l’œil ou  « épithélium », puis action du laser Excimer. Une lentille de contact est posée sur l’œil en fin d’opération.

Avantages : utilisation d’un seul laser excimer ( pas de découpe donc pas de laser femtoseconde ).

Inconvénients : douloureuse pour 3 jours, cicatrisation lente et progressive,retour à la vue en 1 semaine.

Indications : cornée fine ou irrégulière, myopie faible non supérieure à 7 dioptries, faibles astigmatismes.

technique1

la technique laser de surface : le laser Excimer agit directement sur la surface de la cornée après ablation mécanique de la couche superficielle

TECHNIQUE N°2 : LE LASIK

Technique : découpe d’un fin volet de cornée ( 90 à 1 20 microns ) au laser Femtoseconde après application sur l’œil d’un « anneau de succion » qui l’immobilise pendant la coupe ( 15 à 20 sec ), puis action du laser excimer après soulèvement du volet, et enfin, reposition du volet.
Avantages : récupération rapide en quelques heures. Possibilité d’ajustement par retouche ou de retraitement.
Inconvénients : utilisation de 2 lasers ( Femtoseconde et Excimer ), sécheresse oculaire transitoire.
Indications : les myopies jusque 10 dioptries si l’architecture de la cornée le permet ( épaisseur et régularité ), les astigmatismes jusque 5 dioptries, les hypermétropies jusque 5 dioptries, la presbytie.

technique2

Un volet de cornée est découpée au laser femtoseconde puis le laser excimer agit sous la couche soulevée

TECHNIQUE N°3 : LE SMILE

Technique : un seul laser Femtoseconde est utile ; après application d’un anneau à faible contention, le laser découpe dans l’épaisseur un lenticule correspondant à la myopie et une petite ouverture de moins de 3,00 mms pour l’extraire.
Avantages : un seul laser, pas de volet, pas de risque lors du frottement, pas de coupe du réseau des nerfs sensitifs cornéens, moindre altération de l’architecture de la cornée.
Inconvénients : technique réellement chirurgicale car il faut extraire le lenticule dans l’épaisseur cornéenne, actuellement possible uniquement avec une seule marque de laser (Zeiss : laser Visumax).
Indications : jusqu’en 2015, les indications sont limitées aux myopies avec astigmatismes comme pour le lasik : les hypermétropies et la presbytie sont les prochaines étapes.

technique3

Le laser femtoseconde découpe une tranche de tissu dans la profondeur et le lenticule est enlevée par une toute petite ouverture

Les 2 yeux sont toujours opérés dans le même temps avec les techniques laser

Dans toutes les techniques, L’œil est anesthésié par des gouttes : c’est une anesthésie locale de « contact ». Un écarteur est placé pour maintenir les paupières ouvertes. L’œil voit la lumière et peut bouger. L’opération est d’une durée brève de quelques minutes.A la fin de l’opération, une coque ou des lunettes de protection sont placées

Les techniques d’implant

TECHNIQUE N°4 : L’IMPLANT PRÉCRISTALLINIEN MYOPIQUE OU HYPERMÉTROPIQUE 

Technique : ouverture de l’œil au niveau de la cornée ( à sa périphérie et le plus souvent en temporal ), puis glissement de l’implant plié dans la chambre antérieure puis positionnement sous l’iris, sur le cristallin. Fermeture autoétanche de l’incision dite tunélisée.
Avantages : correction des fortes amétropies, bonne qualité visuelle, précision de calcul, intégrité de l’architecture de la cornée.
Inconvénients : chirurgie invasive puisqu’elle pénètre à l’intérieur de l’œil donc risque infectieux, véritable acte chirurgical, surveillance immédiate plus lourde.
Indications : les myopies des patients jeunes non accessibles au lasik, notamment supérieures à 1 0 dioptries, avec ou sans astigmatisme.

Le patient en position chirurgicale

TECHNIQUE N°5 : L’EXTRACTION DU CRISTALLIN AVEC IMPLANT MONO OU MULTIFOCAL
Technique : ouverture de l’œil au niveau de la cornée (vers 1 2h sous la paupière supérieure le plus souvent), ouverture de l’enveloppe du cristallin (capsulorhéxis) puis extraction du cristallin par ultrasons (pulvérisation) et aspiration, et enfin mise en place de l’implant. Fermeture autoétanche.
Avantages : technique aguerrie car souvent reproduite pour la chirurgie de la cataracte dont elle est issue, rapide et à la récupération visuelle immédiate en 24 heures. Possibilité de compenser les amétropies et la presbytie.
Inconvénients : technique chirurgicale endoculaire avec son risque potentiel de complications et en particulier d’infection, elle nécessite une maitrise chirurgicale parfaite.
Indications : les amétropies fortes comme la myopie forte ou l’hypermétropie forte et la presbytie après 50 ans.

Le chirurgien en position chirurgicale

L’opération s’effectue œil par œil avec 1 semaine d’intervalle